mai 2017


Quel enfant n’a pas rêvé de ne plus aller à l’école ? Quelle idée !  Il faut aller à l’école ! Pour apprendre à lire, à écrire, à compter,… un métier… En France, l’école est obligatoire de 6 à 16 ans, enfin plus précisément l’instruction est obligatoire… Et pourtant c’est une question que s’est posée Clara Bellar – d’origine française, elle est actrice, chanteuse, scénariste, réalisatrice, productrice à Los Angeles- à la naissance de son premier enfant. Et la réponse n’est pas si simple. Elle en a fait un film, Etre et devenir, sorti en salle en Mai 2014 et toujours à l’affiche au cinéma Saint-André-des-Arts. Trois ans après, elle publie le livre du film aux Editions Instant présent. Elle est à Paris pendant quelques semaines pour la sortie de son livre et nous fait la gentillesse de venir nous en parler !

J’avoue avoir été ébranlée par le film de Clara. Qu’aurais-je fait si je l’avais vu avant la naissance de mes filles ou quand elles étaient encore petites ? Je me suis posée des questions sur l’alimentation, l’allaitement, le type de médecine… Mais l’école ? Je n’y ai pas vu un choix réel. Je me suis interrogée sur la pédagogie, école privée/publique… Mais pas d’école ? Non, ça ne m’est pas venu à l’esprit.

Depuis le visionnage, j’en parle autour de moi… Les réactions sont assez différentes, certains sont intéressés, pour d’autres, ce n’est pas envisageable… Et la sociabilisation ? En tout cas, cela vaut la peine d’en parler comme du livre de Céline Alvarez Les lois naturelles de l’enfant ou de ceux du Docteur Gueguen Vivre heureux avec son enfant ou Pour une enfance heureuse dont le sous-titre est Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau. Tout un courant qui prône autre chose.


Ce sera le Samedi 10 juin à 16h30 à Bièvres et le Samedi 17 juin à 16h30 à Ville-d’Avray après la projection du film au Colombier à 14h30 grâce à la collaboration de la commune. A ne pas rater pour vos enfants ou petits-enfants !

Publicités

Portrait © Fanny Dion

 

Née en 1974, Valentine Goby publie depuis quinze ans des romans pour les adultes et pour la jeunesse ainsi que des albums. En 2014, elle reçoit le Prix des Libraires pour Kinderzimmer, paru chez Actes Sud. Passionnée par l’histoire et par la transmission, la mémoire est son terrain d’exploration littéraire essentiel.

Son dernier roman, Un paquebot dans les arbres, toujours chez Actes Sud, nous rappelle que dans les années 50-60, la tuberculose faisait des dégâts, que les familles étaient parfois déchirées par cette maladie avec de longue absence dans les sanatoriums et que tout le monde ne bénéficiait pas de la sécurité sociale.

Je l’ai lu très récemment. J’avoue avoir du mal à me détacher du personnage de Mathilde, difficile après un tel roman de se plonger dans un autre… Difficile d’entendre à la radio que les salariés sont stressés en Mai car ils n’arrivent pas à solder leur congé, en plus des nombreux ponts ! Alors j’en parle à mes amis, à mes clients, à ma mère… Et ma mère m’a rappelé que mon grand-père avait fait de longs séjours au sanatorium, lui aussi malade de la tuberculose. Le sanatorium était à la montagne alors que mes grands-parents habitaient Paris, c’était coûteux et compliqué de lui rendre visite… Merci Valentine pour cette transmission qui pour ma part m’a renvoyé à ma propre histoire familiale !

La lecture de Kinderzimmer avait été encore plus bouleversante, une plongée dans « la chambre des enfants » dans le camp de Ravensbrück, un camp de femmes, de destruction de femmes, au sein duquel des enfants sont nés et quelques uns, miraculeusement, en sont sortis vivants… Ca fait toujours rire mes filles quand je leur dit que j’ai adoré ce livre ou ce film alors que j’ai tant pleuré… C’est pourtant ces lectures et ces films qui nous rappellent la chance que nous avons (d’avoir la sécu, de ne pas être en guerre, de combattre l’antisémitisme…), de nous réjouir, et qu’il faut se souvenir pour ne jamais revivre ces périodes affreuses.

Valentine nous fera la lecture de quelques passages de son roman et échangera sur son roman, ses recherches…

Aux murs, vous pourrez découvrir des originaux de l’album jeunesse Le sorcier vert chez Thierry Magnier, écrit par Valentine Goby et illustré par Muriel Kerba.

Ne manquez pas ce rendez-vous ! Pour l’histoire, pour la plume et la présence de Valentine Goby !

Lecture dédicace, mardi 6 juin à partir de 18h au Mille Feuilles Sullivan à Ville-d’Avray – 3-5 rue de Versailles – 01 41 15 81 81

Il est six heures au clocher de l’église
Dans le square les fleurs poétisent
Une fille va sortir de la mairie
Comme chaque soir je l’attends
Elle me sourit
Il faudrait que je lui parle
A tout prix

Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu’on dit avec les yeux
Parler me semble ridicule
Je m’élance et puis je recule
Devant une phrase inutile
Qui briserait l’instant fragile
D’une rencontre
D’une rencontre

Les mots bleus – Christophe – Jean-Michel Jarre

En quelques mots… Le bleu est aussi la couleur nationale de la Mongolie. Le Mille Feuilles vous propose un voyage en Mongolie bleue avec Isabelle Morison… Une très belle expo photo à ne pas manquer dans le cadre de la Foire à la photo 2017 de Bièvres.

Isabelle Morison sera présente samedi 3 juin à 17h au Mille feuilles

 

Tout est là ! Les dates de l’expo, la date du Vernissage, l’artiste Muriel Kerba, un montage d’une des très nombreuses sérigraphies exposées et des céramiques…

J’espère que ces œuvres vous plairont autant qu’à moi. J’ai découvert les illustrations de Muriel Kerba dans l’album « Le sorcier vert » écrit par Valentine Goby édité chez Thierry Magnier. Quand j’ai un coup de coeur, je file sur internet, je cherche… Et ce que j’ai trouvé -allez faire un tour sur son site- m’a convaincue. Elle n’habitait pas loin, elle est venue me rencontrer à Ville-d’Avray il y a quelques mois, a découvert la galerie… Et nous sommes tombées d’accord pour organiser une exposition. Et voilà ! Elle expose de nombreuses sérigraphies dans la galerie, quelques techniques mixtes, il y aura des sculptures avant le vernissage. La salle de restauration est aussi décorée avec une partie des œuvres de l’album que Muriel dédicacera le samedi 13 mai à partir de 16h.

Valentine Goby viendra aussi en dédicace le 6 juin pour une lecture-dédicace, à cette occasion Muriel exposera encore ses oeuvres dans la salle qui accueillera la rencontre.

Que du bonheur, que je suis très heureuse de partager avec vous !