boeuf_sur_le_toit_facade_du_restaurantjpg

1922 – Le bœuf sur le toit

Un peu de poésie dans ce monde de brutes !

Nous vous proposons de participer au premier bœuf poétique du Mille Feuilles Sullivan sur la terrasse. Un bœuf sur la terrasse !

Quesaco ? Un bœuf poétique ? C’est pas vraiment végétarien ? Mais si je vous assure ! Et même bon pour le bilan carbone 🙂

Vous avez déjà entendu parler de faire un bœuf  ? On dit aussi une jam session. Des musiciens qui ne se connaissent pas ou ne jouent pas habituellement ensemble, se regroupent et jouent ou improvisent.  Pourquoi un bœuf ? Parce que quelques musiciens et artistes connus (Cocteau, Braque, Breton, Satie, Hemingway, Mouloudji, Léo Ferré…) se réunissaient pour des jam sessions dans un cabaret qui s’appelait « le bœuf sur le toit » (cf expressio).

Venez donc lire votre poésie ou celle que vous aimez, avec votre instrument si vous en jouez et avec vos oreilles et votre cœur pour un moment poétique en compagnie de plusieurs poètes (il n’y aura pas Cocteau – Liste des participants à venir).

L’idée est venue suite à une rencontre d’une seconde du lycée Fustel de Massy et un poète, à la librairie Mille Feuilles de Bièvres. Nous avons parlé de la faible place qu’occupait la poésie dans les librairies mais aussi dans nos vies. J’ai comparé un livre de poésie à une partition de musique, pour un non musicien, pas facile à déchiffrer et encore plus à apprécier… Peut-être faudrait-il l’écouter ? Et j’ai imaginé de faire un bœuf poétique !

Le voici, rendez-vous samedi 11 juin à partir de 18h sur la terrasse du Mille Feuilles ! Bienvenue à tous de 3 ans à … (il y des centenaires aguerris à Ville-d’Avray) ! Poètes, slameurs, musiciens, spectateurs, acteurs…

Entrée libre

Facade arrière

2016 – Le boeuf sur la terrasse

Publicités

baila

BAILA est un projet « autour de la Mémoire historique en Espagne ».

Ce projet nait de la rencontre entre deux photographes, une danseuse, un écrivain, une plasticienne, un documentaliste, un musicien, tous fascinés par le flamenco, et engagés dans des combats humains. Le flamenco, le sort des gitans et de tous les opposants politiques au régime franquiste, en commençant par le grand poète García Lorca sont évoqués dans ce projet au travers d’un regard dépourvu de pathos et pas moins engagé pour autant.

Le volet historique est sous-jacent. Le silence est l’oubli et la meilleure arme pour tuer les libertés. L’Association Echanges Massy-Espagne renouvèle ainsi sa volonté de défendre les combats de tous ceux qui sont et qui ont été opprimés et pour lesquelles justice n’a pas été faite.

(suite…)