Le temps a passé… 1 mois pour tout dire… J’ai commencé cet article au retour des vacances pour vous parler de la rentrée, la rentrée du Mille Feuilles, la rentrée littéraire… Et puis l’informatique m’a fait faux bond. WordPress a perdu mon article et j’ai perdu mon courage pour écrire une deuxième fois mes critiques.

Des clients m’ont dit récemment et à juste titre que je devrais écrire sur les livres. Cela m’a redonné un peu de courage…

La rentrée littéraire :

Prince d’orchestre – Metin Arditi – Actes Sud – 21,80€

J’ai été fan de « Le Turquetto », ma représentante Actes Sud m’avait prévenue « Il est très différent ». J’ai eu un peu peur… Il n’est pas bon ?

Il est effectivement très différent : pas de parcours de vie à travers une période d’histoire passionnante et romanesque… « Prince d’orchestre » se situe à notre époque, en Suisse. Le personnage central, Alexis Kandilis, est un chef d’orchestre qui est arrivé au sommet de sa carrière. Il est le meilleur, il est le prince. Il fréquente les plus puissants mais une petite indélicatesse va l’entrainer dans une chute inexorable.

De nombreux thèmes restent présents, la filiation qui ici est pointée par son absence, l’immigration, la réussite sociale et sa fragilité, le jeu et la dépendance, et enfin l’art. Metin Arditi pose le pinceau du maitre Vénitien pour la baguette du chef d’orchestre Suisse. Le lieder « les chants des enfants morts » (kindertotenlieder) de Malher, accompagnent un style différent, plus cru, plus moderne.

J’ai aimé ce roman, même s’il m’a dérangée car le personnage central, contrairement au Turquetto n’est pas très « sympathique ». Un livre qui met en musique la force et la fragilité de la vie à travers les forces et les faiblesses de ce grand « Prince d’orchestre ».

Escalier F – Jeanne Cordelier – Phebus – 15€
Je n’ai pas lu les précédents, entre autre « La dérobade », je ne savais donc pas à quoi m’attendre.

« Escalier F » est un livre dérangeant – décidément…, je dois aimer ça 😉 -. Un milieu dur. Très dur. Jeanne Cordelier nous relate ces dernières années ponctuées par les décès souvent prématurés de plusieurs membres de sa fratrie et de sa mère. C’est l’occasion de se remémorer des épisodes heureux mais souvent douloureux de leur enfance. Dans une interview, Jeanne Cordelier explique que ces décès les éloignent, moi j’ai trouvé que ça les rapprochait plutôt. A lire pour comprendre certains, à lire pour relativiser et apprécier sa propre vie…

Tous les diamants du ciel – Claro – Actes Sud – 20€

La rencontre improbable entre un ex-boulanger et une ex-junky américaine dans un des premiers sex-shops de Paris, en 1969.

Chacun d’eux a connu des vertiges inoubliables,  Antoine, en 51, en mangeant du pain maudit comme tous les habitants de Pont-St-Esprit dans le Gard ; Lucy, avec la drogue, le LSD plus particulièrement, l’alcool et le sexe.

A travers ces 2 vies très particulières, Claro nous offre une fresque des Etats-Unis et de la France pendant la guerre froide puis la guerre d’Algérie.

Les lisières – Olivier Adam – Flammarion – 21€

Roman plutôt controversé… Même au Mille Feuilles ! Alexandra, grande fan d’Olivier Adam attendait impatiemment la sortie de ce dernier roman. Elle en a lu quelques pages et a décidé que vraiment, elle n’aimait pas. Alors, moi qui avait très moyennement apprécié Vents contraires et Le coeur régulier, j’ai décidé de lui offrir une autre chance.

Bilan tout aussi controversé ! J’ai aimé et je n’ai pas aimé ! Je ne peux m’empêcher de penser que ce livre est très autobiographique même si Paul Steiner ne s’appelle pas Olivier Adam. Du coup j’ai accepté l’angoisse qui me dérangeait dans les autres romans, j’ai été touchée.

Hélas, contrairement à Delphine De Vigan, Olivier Adam juge les siens, comme il se juge, durement. Il ne s’aime pas, il ne les aime pas.  Alors 464 pages d’angoisse, de jugement, de condamnation de cette banlieue qui est la notre… Un peu long, Olivier Adam tourne en rond, comme l’a écrit Véronique Poirson pour l’express « Puisse t-il avec Les lisières avoir déposé sa « Maladie » et repartir pour d’autres aventures littéraires à nouveau convaincantes pour moi. »

Barbe bleue – Amélie Nothomb – Albin Michel – 16,50€

Je ne suis vraiment pas une fan d’Amélie Nothomb. Un ton trop torturé pour moi. Et une torture gratuite. J’avais aimé Stupeur et tremblements pour l’humour et depuis pas grand-chose. Ce dernier livre, une adaptation du Barbe bleue de Perrault, amuse et se lit en 2h. Les personnages sont drôles, Barbe bleue, alias Don Elemirio Nibal y Milcar, est complètement loufoque et décalé, Saturnine est moderne, peut-être une peu trop sûre d’elle… Pour se détendre et redécouvrir Barbe bleue ! N’ouvrez pas n’importe quelle porte !

… Encore d’autres à venir

Des nouvelles côté Restaurant :

Je me suis dévouée… En Bretagne, j’ai goûté pour vous quelques cidres artisanaux bio – ou pas – et j’ai retenu… le cidre brut de la Cidrerie artisanale « La Ruaudaie » à St Martin sur Oust dans le Morbihan.

Il est fait à partir de pommes issues de l’agriculture biologique. Cette cidrerie a déjà obtenue de nombreux prix, dont la médaille d’Argent à Paris en 2012 pour le demi-sec.

Du coup je me suis laissée tenter par son jus de pommes bio… pour changer du jus de pommes de la ferme de Viltain 😉

Et enfin côté culture :

L’exposition de peintures de Pascal Mollet du 4 septembre au 14 octobre.

Un spectacle de Flamenco… le 8 septembre qui était fantastique !

Une soirée lyrique italienne le 13 octobre avec Jocelyne Lucas, Soprano et Isabelle Marie, harpe.

Et, même si c’est dans pas longtemps et que ce n’est pas encore sûr… Denis Van et Gilles Fegeant devraient venir jouer au Mille Feuilles vendredi 28… septembre ! Pour réserver : 01 69 85 32 69 !

Publicités