Brassens a écrit sa « non demande en mariage », il affichait ainsi son non-conformisme.

Je ne suis pas Brassens, il ne s’agit pas d’amour, mais je viens de retirer ma candidature au 13ème Challenge des Papilles d’Or organisé par le Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Essonne. Non-conformisme sûrement. Instinct de survie aussi !

Il s’agit encore d’un de mes « coups de gueule »… Sûrement inutile mais si les choses pouvaient changer… Et si on dépensait mieux notre argent…

Une histoire en 2 étapes :

  • Je pose ma candidature le 1er Mars au 13ème Challenge des Papilles d’Or. Ce Challenge vise à promouvoir les commerces alimentaires auprès des consommateurs. Sur le formulaire en ligne, il faut indiquer le code APE ou NAF (code de l’activité principale de l’entreprise). Lors de la création, j’ai choisi l’activité Librairie pour afficher clairement ma volonté d’ouvrir une vraie librairie et pas seulement un coin livres et ainsi augmenter mes chances d’avoir des subventions du monde de la librairie. Cela ne m’a pas beaucoup aidé puisque je n’ai eu ni l’aide du CNL, ni celle de l’ADELC (voir article…).  Je devrais avoir celle de la Région (j’attends encore le versement, presque 2 ans après le dépôt initial). Depuis, j’ai changé d’activité principale car ce code détermine aussi la convention collective et mes jours et heures d’ouverture correspondant plus à celui d’un restaurant, la convention m’est plus favorable. Ma candidature est alors refusée puisque je suis… Une librairie 🙂 Pourtant, on peut imaginer que si je me présente, c’est pour faire déguster autre chose que des livres… Je rappelle et je renvoie un formulaire indiquant ma nouvelle activité principale… Et pourtant ! Si je n’avais pas changé de code ? Ma candidature n’aurait pas été acceptée ! Le service des fraudes et de l’hygiène a bien su me contrôler, les tickets restaurant, après enquête ont accepté que je puisse les recevoir, le centre de sécurité sociale a appliqué le taux le plus élevé de risque d’accident, soit celui de la restauration… J’ai insisté auprès de la CCI pour que le règlement soit revu… Pas sûr…
  • Je reçois alors une première visite de la CCI pour valider ma candidature et je découvre que je dois offrir 3 repas complets (entrée, plat, dessert et boisson) au jury. J’ai exprimé ma surprise, voire ma déception. La visite terminée, la personne de la CCI a validé ma candidature.

Quelques jours après, j’ai confirmé ma non candidature à ce challenge pour les raisons suivantes :

  • J’ai ouvert il y a un an, je n’arrive pas encore à me payer mais je paye de nombreuses charges, certaines qui permettent à la CCI d’exister. Je crois que si la CCI veut aider les commerces, elle doit le faire sans contre-partie.
  •  Je pourrais considérer que cet investissement – une centaine d’euros – pourrait me permettre un retour sur investissement grâce à la campagne de communication qui suivra. Ma dernière expérience des campagnes publicitaires de la CCI est hélas un échec : l’article paru dans le républicain promouvant les commerces 3D (Défi Developpement Durable) ne m’a ramené aucun client (facile à déduire puisque personne n’a demandé le café gratuit proposé dans l’encart publicitaire).
  • Pour illustration, je n’ai pas reconduit ma deuxième inscription sur les pages jaunes de l’Essonne (la première est gratuite, la deuxième payante, une centaine d’euros) car je ne suis pas plus convaincue de son intérêt et je cherche à réduire mes charges à tout prix (le RSI me doit 6000€ qu’il ne sait pas me rendre…).
  • Mon temps est précieux. Je travaille plus de 70 à 80h par semaine. La visite de la CCI, la cérémonie de remise des prix (si je suis sélectionnée) et la campagne publicitaire me « coûteront » encore du temps et de l’argent pour me rendre à Evry (à l’autre bout du département). Je l’ai fait pour le prix du commerce 3D alors que cette cérémonie s’adressait uniquement à des commerçants et n’a donc eu aucune retombée économique pour mon commerce.

Alors je pose la question : notre argent, l’argent des contribuables, l’argent des entreprises est-il bien utilisé ? Permettez que j’en doute !

Vous voulez d’autres exemples ? Ils ne manquent pas.

La SACEM

Elle vient de changer sa règle de calcul de la redevance, conséquence -> une augmentation de près de 250% ! Coup de chance, l’augmentation, comme la diminution (il ne doit pas y en avoir beaucoup…) se feront par tranche de 10% annuel… J’ai un peu de temps avant d’arriver… entre 9 et 10 ans 🙂

Quand on connait le scandale soulevé fin 2010 sur les salaires des dirigeants de la SACEM  !(article du point)

Les députés affirment qu’ils veilleront à ce que la Sacem tienne ses engagements. Il est toutefois difficile d’imaginer que Bernard Miyet et ses cadres dirigeants revoient leurs salaires à la baisse. « On nous a expliqué que baisser la rémunération globale des plus hauts dirigeants de 500.000 euros ne se traduirait que par une économie de 0,01 centime pour les adhérents. Drôle de raisonnement, remarque Marcel Rogemont. On peut donc les augmenter de 500.000 euros sans que cela se voie… »

On aurait pu les réduire de 10% tous les ans… au moins…

Je vous conseille aussi la lecture de cet article de numérama qui calcule que les téléchargements de musique payant ne font que couvrir les salaires des dirigeants… Alors évidemment il fallait trouver de quoi payer les autres salariés de la sacem 😉 et avoir encore quelque chose à reverser aux auteurs puisque la SACEM sert « théoriquement » à ça !!

 

Le RSI

Le RSI (Régime sociale des indépendants) Centre (le mien) vient d’être habilité norme ISO9001 !

 

En 2011, toujours soucieuse de la qualité rendue à ces assurés (actifs, retraités, conjoints et ayants droits), la caisse RSI Centre a obtenu le maintien de sa certification ISO 9001 pour la période 2011 – 2013.

ÊTRE AU SERVICE DE SES 170 000 BENEFICIAIRES

Les objectifs de la caisse RSI Centre :

  • Evoluer et s’adapter structurellement de façon à centrer les bénéficiaires au coeur des préoccupations de la caisse,
  • Promouvoir en permanence l’amélioration continue de la qualité du service à rendre à l’assuré et à ses ayants droit en identifiant ses besoins et attentes,
  • Soutenir une politique active de développement durable concernant la gestion des immeubles et des moyens de fonctionnement,
  • Développer la démarche de lutte contre les fraudes (…) afin de fortifier les fondements de notre système de protection sociale.

Source : Extrait des engagements de la caisse RSI Centre signés le 17 janvier 2011 par Monsieur Eric SARRAZIN, Directeur Régional, pour la caisse RSI Centre.

Et pourtant…

Pas capable de gérer les déclarations à 0 sur Internet… Prélève automatiquement des cotisations (4000€) non dues à des indépendants qui n’ont rien gagné, donc les plus fragiles ! Reconnait l’erreur par téléphone (coup de chance ma comptable a un numéro qui répond)… Ne sait pas rétablir l’erreur et avoue que le mois prochain ce sera pareil si je ne fais pas opposition (15€)… Ne sait pas rembourser depuis 5 mois… Va-t-il me rembourser des agios ? Va-t-il savoir me rembourser tout court ? C’est le même organisme qui me prélèvera de 10% de plus si j’ai 5 jours de retard de paiement des cotisations…Et là les salaires des dirigeants  ? Et pourquoi ça fonctionne si mal ? Les salariés du RSI sont-il conscients du « mal » qu’ils peuvent faire ? J’ai écrit au SGS qui décerne la certification… A suivre. Je sais, je sais… Je me bats contre les moulins !

 

C’est pas chouette d’être un entrepreneur en France ? Je compte sur François Hollande pour rétablir tous ces « petits » dysfonctionnements… En fait il pourrait faire beaucoup de choses pour nous aider sans dépenser beaucoup d’argent… Balayer dans les établissements d’état ou assimilés… Une suggestion comme ça… Réduire les salaires des responsables…

Allez, il fait beau ! On va pas se laisser déprimer 🙂 A bientôt !

Publicités