Cela fait un moment que je n’ai  pas donné de nouvelles. Décembre approche, les travaux avancent mais pourtant je crois bien que je ne pourrai pas ouvrir en 2010. La faute aux mauvaises surprises, la faute aux délais… Il y a eu aussi des bonnes surprises mais qui ont supposé des délais supplémentaires, je pense à la toiture et au velux payés par le propriétaire. Mais il y a eu aussi des poutres en mauvais état, des vitrines brigue-ballantes, et toutes les difficultés liées à un bâtiment très ancien (il y a des murs en colombage), peu entretenu, peu chauffé pendant de très longues années.

Le moral n’est pas toujours au plus haut, heureusement que les amis me soutiennent.

Il a aussi fallu maintenir le budget initial malgré les travaux toujours plus importants : difficile de changer une porte d’entrée avec du solide et du double vitrage en conservant les vitrines de part et d’autre qui ne reposent sur rien et en simple vitrage. Alors il a fallu en faire toujours plus par nous-mêmes.

Merci à Olivier, mon mari, qui s’est dépensé sans compter. Il y a passé ses week-end, ses soirées, parfois ses congés, à casser, démonter, déplacer, évacuer, tronçonner, percer, nettoyer, ranger. Il m’a remonté le moral, il m’a apporté son soutien physique, financier et psychologique malgré son travail, les 4 enfants et les soucis inhérents à la vie.

Alors nous continuons à avancer,

– les plombiers ont posé toutes les évacuations, ils ont mis l’évacuation des eaux pluviales en conformité, ils se sont attaqués aux alimentations et bientôt poseront le séparateur de graisse, obligatoire dans les restaurants (mais pas dans les hôpitaux… allez comprendre). J’espère obtenir une subvention pour la mise en conformité de l’assainissement.

– les électriciens n’en finissent pas de passer des câbles pour l’éclairage, les prises, l’informatique, l’alarme incendie, le chauffage (il n’y en avait pas avant ! Seulement des poëles à pétrole juste avant l’ouverture)

– les « plaquistes » plaquent, les murs, les plafonds en BA13 coupe-feu (2 épaisseurs !). Il n’y a pas un mur ou un plafond droit.

– les menuisiers ont terminé le plancher, tout est à niveau, ils ont créé deux rampes pour l’accessibilité handicapé ( pente < 5% ou à 10% si elles mesure moins de 50 cm). On a parfois remonté le sol de plus de 40 cm ! alors que le plafond a dû descendre de 5… Passer de 260 sous plafond à 210 par endroit, ça fait tout bizarre… Entre les normes d’accessibilité et celles d’incendie, les pièces se retrouvent écrasées…

– les couvreurs ont fini depuis plusieurs semaines, ils ont refait une belle charpente et une belle toiture en zinc au-dessus des anciennes toilettes, à l’arrière. Nous en avons profité pour ouvrir un puit de lumière.

– Les maçons ont percé un mur porteur pour accéder au nouveau WC handicapé, réparé un mur en colombage dont les poutres étaient HS, refait le plancher au-dessus de la cave, détruit deux escaliers inutilisés qui menaçaient de s’écrouler, ouvert une fenêtre sur l’arrière, creusé des tranchées pour passer de nouvelles canalisations et encore bien d’autres choses.

– Les serruriers travaillent sur les ouvertures, après leur passage il ne restera plus aucune ouverture en simple vitrage. Hélas les délais sont importants car tout est sur-mesure et la Librestorie n’est pas encore hors d’air ! Pas facile de faire sécher les enduits ou les peintures avec les fenêtres grandes ouvertes (il n’y en a pas encore…) avec la pluie et maintenant la neige 😦

Comme vous pouvez le lire, il y a du boulot, ça avance mais ce n’est pas fini, il y aura encore toutes les peintures, les revêtements de sol, la pose des radiateurs, le montage des étagères, la réception des livres, l’inventaire, le rangement, la mise en place de la cuisine… Ca donne le tournis rien que d’y penser !

Si le pinceau vous démange, n’hésitez pas à venir donner un coup de main dans les semaines à venir !

Je vous tiens au courant dès que j’ai une idée de la date d’ouverture.

A bientôt

Publicités