Cette semaine j’ai suivi une formation de 3 jours « Permis d’exploitation ». Ce permis est obligatoire pour l’obtention d’une licence de débit de boisson ou de restauration.

Y sont abordés les fondamentaux du droit, la notion de responsabilité, le code de la santé publique, la loi Evin, la lutte contre l’alcoolisme, le tabagisme, la drogue, les nuisances sonores et enfin la discrimination.

En sortant de ces 3 jours, je me suis demandée si c’était une bonne idée d’ouvrir un restaurant… Les lois sont nombreuses et engagent très fortement le gérant d’un établissement.

Mon mari, des amis ne peuvent pas me donner un coup de main… C’est du travail au noir !

Passée l’heure de fermeture légale des débits de boissons, plus personne ne doit rester dans le restaurant… Pas question de ranger ou de faire le ménage ou même de se poser 15 mn avant de partir !

Si quelqu’un boit trop ou s’il avait déjà bu avant et qu’il se comporte mal ou a un accident en sortant, ma responsabilité est engagée… Mais bien sûr je ne peux pas le forcer à ne pas conduire.

Les objectifs de santé publique sont très clairs et je suis convaincue qu’il faut faire quelque chose. Je crois seulement que parfois on se trompe de responsable. Les peines encourues sont presque aussi élevées pour la personne qui a trop bu que pour le gérant de l’établissement où il a bu… Il faudrait être derrière chaque personne et vérifier qui boit et qui conduit… Alors ne vous étonnez pas lorsque je m’inquièterai du conducteur, le mieux étant bien sûr de venir à pied !

Pour l’exposition des peintures, j’ai déjà plusieurs tableaux obligatoires : l’interdiction de vendre de l’alcool à des mineurs, l’interdiction de fumer, l’affichage des prix, Cartes bancaires acceptées, Animaux refusés, l’origine des viandes bovines. Il y a aussi l’exposition de 10 boissons non alcooliques en état d’être servies… Pas facile si on ne fait que des jus de fruits frais  🙂

Je ne vous cache pas que c’était moins passionnant que la formation de libraire mais c’était nécessaire et complet.

Cette semaine j’ai aussi signé la promesse de vente du fonds de commerce. J’avance.

Aujourd’hui , 1er mai, Bièvres accueillait la foire à l’outil. J’ai croisé et discuté avec beaucoup de monde. Merci pour tous les encouragements. Certains, en voyant le Brétois ouvert, ont cru que j’ouvrais déjà ce week-end 🙂 Mais non, il va falloir attendre encore quelques mois et M. Gourgout, l’actuel gérant a eu la bonne idée d’ouvrir ses terrasses à l’occasion de la foire à l’outil. Ne vous inquiétez pas, quand le moment sera venu, vous en entendrez parler !

Publicités